Mon fils mon maître (1)..!(Récit avec photos Mère-fils)

22 février 2009

NOS SELECTIONS

Jeannine 36 ans, n’a pas le temps à s’attarder aux détails de sa vie de fermière. Son exploitation de 190 ha depuis qu’elle est veuve, lui « bouffe » son existence. Son fils Jean, est toujours au pensionnat.

006.jpg

Elle le voit, trop rarement, durant les vacances scolaires et bien souvent il l’aide au travail. A 15 ans c’est un vrai petit homme, vaillant et réservé.

Les ouvriers travaillent par habitude, Jeannine les supervise. Pourtant elle remarque que son fils commence à bien changer, toujours aidant mais plus indépendant, avec des idées bien arrêtées. L’adolescent se développe …… bientôt un futur homme. Ce matin il ne s’est pas levé? Tant pis, il faut que l’exploitation tourne, ce sera sans lui! Pourtant elle s’interroge en travaillant….. Est-il malade?

Il aime tellement lire, peut-être qu’il traîne trop le soir, il se fatigue. 9 heures du matin? Ce n’est pas une heure ça, trois heures qu’elle travaille, lui paresse au lit ! Elle revient vers la ferme pour se rassurer. AAHHH! Elle est très choquée en regardant par la fenêtre ! Jeannine a bien vu le gamin dans le reflet de la glace de l’armoire !

Sur le lit? Il est entrain de se masturber comme un âne! Ma parole? Il a une trique celui-là? Jeannine est toute remuée de voir que son fils est un homme, bien vrai! Mon Dieu, elle se sent toute chose devant le spectacle……. C’est vrai qu’il y a plus de trois ans qu’elle n’a pas saisi, ni vu un sexe d’homme. Celui-là paraît bien gros sur un gamin, son fils? En tout cas il met beaucoup d’ardeur le saligaud.

Il regarde un magazine avec des photos, voilà pourquoi, ses lectures, tu parles??? Ce sont des photos en couleurs de femmes ou de couples! Son ventre se liquéfie maintenant, ce n’est pas possible de regarder son fils, quel malheur, pourtant elle coule dans son ventre…. C’est impossible de quitter le spectacle de cette queue si belle, si tendue, ah! Misère, son ventre la torture, elle en est malade!

007.jpg

Elle s’écarte discrètement pour aller vers la chambre du garçon. Elle ouvre violemment la porte de la chambre et se campe au milieu de la pièce les poings sur les hanches. « Qu’est-ce que tu fais là! T’as pas honte? ». Le garçon est blanc comme un linge, le sexe disparaît dans sa main, la situation n’a rien d’érotique! Il est terrorisé par le flagrant délit, sa mère en plus. La tête lui tourne, il se sent partir, il voit un trou noir qui l’avale ………..

« Jean, Jean, réveille-toi! C’est maman, réveille-toi, je t’en prie! » Il entend mais ne bouge pas, elle est gentille sa maman, il ne se souvient pas qu’elle l’ai tenu comme cela dans ses bras, il y a au moins ….? Il y a très longtemps. Elle lui parle doucement en le berçant dans ses bras. Il est bien. Sa mère sent la campagne et le foin…… « Maman! » Elle est soulagée, il retrouve ses couleurs, il est faible contre elle, elle n’a pas serré son fils depuis …….? Il y a longtemps!
Elle continue à le bercer, elle est bien ainsi, sentir le corps de son fils, le savoir si humain et fragile. Elle pourrait faire attention à lui quand même! Sa violence de tout à l’heure était disproportionnée. Elle s’attrape intérieurement, contre sa colère confuse. Il aurait pu mourir d’une crise cardiaque, terrorisé! Les questions s’enchaînent, il répond docilement à sa mère.

Elle veut connaître un peu mieux son fils. Elle aurait dû le regarder grandir. Il est presque un étranger chez lui, elle est si occupée, il se sent rejeté vers un autre monde. Tout en lui parlant, elle le caresse, assise sur le lit près de lui. Son corps nu d’adolescent est très doux et musclé sous la main de Jeannine. Il est appuyé contre sa poitrine, elle peut lui caresser le torse et la tête dans cette position.

Sa main a tendance à élargir ses mouvements …….. Elle parcourt son torse masculin puis le nombril en grands mouvements circulaires. Le garçon s’agite comme s’il voulait s’écarter… La force de la femme habituée aux travaux de ferme, contrôle l’agitation du gamin. Elle continue à le caresser tendrement, elle ne veut pas arrêter cette intimité. Elle vient de sentir un obstacle qui a heurté le gras de sa main.

Un choc dur, peu résistant en même temps, ses yeux se tournent vers l’obstacle. Elle écarte le drap. Le sexe tendu du garçon pointe vers le nombril, là où sa main glissait … les deux membres ne pouvaient que se rejoindre à tous les coups! Jean a les yeux agrandi par mille raisons incontrôlables, dépassé par l’excitation, la douceur maternelle, son instinct, sa sexualité nouvelle, sa mère, la femme….

Elle le regarde attendrie et plonge sa main pour saisir cette hampe nerveuse, longue et brûlante. Quelle merveille! Elle ne peut pas s’empêcher de la masser, la branler, descendre attraper les testicules pendus souplement en dessous! « Laisse faire maman mon chéri…… Je ne veux plus te voir comme cela! ». Elle regarde hypnotisée sa main qui coulisse sur le sexe de son fils, elle est ailleurs.

Elle s’empreigne de la dureté de la verge, de l’extrême douceur de la peau, des bourses souples remplies des merveilleuses glandes d’homme. Elle n’arrive pas à maîtriser ses gestes tendres! Jean ne reste pas en place, c’est trop fort pour sa sexualité violente et curieuse.

008.jpg

La main de sa maman est magique. Jeannine branle la verge de son fils incapable de dompter son excitation! Elle se répète qu’elle perd la tête, qu’elle est folle mais l’animal qu’elle tient est trop impétueux, trop vif. C’est la vie, l’amour, le sexe masculin qu’elle dirige.

Il se cabre soudain en poussant son ventre en avant. Elle voit et elle sent les sursauts de la hampe qui envoie très loin les longues giclées de sperme sur les draps. Elle est heureuse, éblouie par le spectacle, c’est beau un homme qui éjacule, c’est formidable de voir son fils si vivant dans sa main, contre elle. Elle est bouleversée. Sa main comme indépendante n’arrête pas de malaxer la hampe remuante de soubresauts.

Il ne résiste plus aux sensations qui le tourmentent à nouveau. « Tu es bien mon chéri? Maman t’a rendu heureux? Tu te sens mieux maintenant? »
Elle n’écoute pas et n’attend pas de réponse. Elle préfère se laisser aller, continuer pour ne pas arrêter de sentir l’organe brûlant et vivant dans sa main.

Elle recommence à branler la verge, à nouveau impétueuse, pour la voir gicler une nouvelle fois. Elle souhaite revoir le spectacle merveilleux de l’éjaculation, du pouvoir qu’elle a à animer son fils. Les testicules tièdes et durcis attirent ses caresses, elle aime les tenir et les soupeser. Quelle douceur, le sperme est là, elle va le chercher, elle va remonter le jus du sexe pour le regarder partir en l’air.

Peut-être d’ailleurs qu’elle essaiera de conserver la chaleur du liquide masculin sur sa peau de femme …. Cette fois-ci, il se crispe en tenant les épaules de sa mère. Elle accélère tendrement en le serrant dans son autre bras. Il explose à nouveau, sous les yeux admiratifs de Jeannine devant le mâle toujours abondant. Elle le repose sur le lit, tendrement, il semble affaibli. « Repose-toi mon chéri, Maman s’occupe de tout, le travail m’attend! ».

Elle aime vraiment son garçon, cette merveille vit grâce à elle! Elle va se rincer le ventre qui a tout mouillé sa culotte, une catastrophe! Elle a le rouge aux joues! Elle en profite pour se regarder un peu dans le miroir! Solide femme, certainement pas mannequin, pas de bourrelets de graisse, des formes bien placées, une taille marquée, une peau hâlée naturellement, Jeannine doit plaire avec un minimum de sophistications..

Elle sait que ses seins sont gros et tombent un peu. Ses fesses galbées entrent difficilement dans un pantalon, elle n’a pas de cellulite, son ventre est juste un peu rond. En revenant à la ferme en début de soirée, elle est émue de savoir qu’elle va retrouver « l’homme » de sa maison, le mâle de leur couple tout récemment révélé. Elle tremble du plaisir de découvrir son fils, ce mâle adolescent, son sexe si attirant pour elle.

009.jpg

Jean l’accueille gaiement à son arrivée. Il la presse de questions sur son activité de la journée. Elle lui demande de la laisser aller se laver, elle a transpiré toute l’après-midi! Elle revient en peignoir éponge, les cheveux roulés dans une serviette de bains. « Je veux que tu me montres les livres et les revues que tu regardes le soir, pour ta « lecture »! Il est pourpre tout à coup, difficile de se soumettre, il craint de tout perdre, certaines revues appartiennent à des copains ! Jeannine est saisie de stupeur en feuilletant les revues.

Elle découvre muette ce que son fils regarde tous les jours!!! Elle ne connaît pas la moitié des poses qu’elle voit ou de ce qu’elle a déjà fait dans la sexualité? Les accouplements dans tous les sens, à plusieurs, dans le ventre, les culs??? Plein les bouches, TROIS hommes pour une femme, des Blancs, des Noirs, des jeunes, des vieux, incroyable!! Pour elle son expérience amoureuse?

- Un jeune homme travailleur et paysan de profession, son dépucelage le soir du mariage, une grossesse qui se termine avec Jean, la fièvre du dimanche après-midi si la fatigue de la semaine le permet: pas de quoi se faire une culture sexuelle en dix ans de vie routinière, pénible?

- Elle essaie de connaître l’origine de ses saletés qu’elle regarde….Enfin ce qu’ils font dans ces photos, sont vraiment des obscénités pour des malades. « …. et on trouve partout ces revues?..C’est affreux! Qu’est-ce que tu en penses? » « Rien

Maman, moi ça me sert à regarder, à découvrir, à me … à me faire plaisir souvent…. Je voulais tellement savoir. Avec tout ce que mes copains racontent, je peux leur dire que je sais! ».  » … et puis je ne vois jamais de filles ou de femmes ici comme au pensionnat, alors …. ». « Mais Jean ce n’est pas ça l’amour, ce sont des cochonneries pour des malades! » « Moi, je n’en sais rien, mais je ne me pose pas de questions avec ces photos … je suis prêt à tout faire comme eux ». Jeannine est troublée et incrédule. Comment son fils ….?

Elle ne peut pas se résoudre à le laisser découvrir le sexe. De plus, elle sent insidieusement que la verge masculine a un pouvoir obsessionnel irrésistible! « Je suis la première femme nue? …. A part les photos, tu n’as jamais vu d’autre femme que moi? …… » « Non maman, c’est un trou ici et au pensionnat, il n’y a même pas une boniche! ».

Jeannine sent des démangeaisons et des frissons la parcourir, ses seins se tendent et durcissent, elle est comme folle de désirs troubles. Après une longue méditation, elle libère son peignoir de bains pour se livrer au regard de son fils, enfin du mâle qui est devant elle. « Tu me trouves belle? » Sans répondre, il avance pour la toucher et la caresser, lui aussi dépassé par l’érotisme puissant de cette scène.

Sa mère n’est qu’une femme, en fait il ne voit que le sexe dans cette vision. Il a la verge collée contre son ventre, tendue et douloureuse. Il pense à ce que ses copains lui raconte………Il se colle contre elle, il n’a pas assez de ses deux mains pour la couvrir partout. Tout ce mystère dévoilé et disponible contre lui. Les fesses, les seins l’attirent par dessus tout. Ses deux mains ne suffisent pas pour découvrir le corps nu de sa mère……..

Elle le parcourt aussi de ses mains, les frissons arrivent en masse dans leurs corps. Elle ne peut pas éviter la verge. Il la pousse vers le lit, elle suit son impulsion. En tombant à la renverse elle s’ouvre naturellement, il plonge immédiatement dans le sexe visible derrière la touffe de poils du pubis. Il glisse son sexe au fond de la gaine, comme aspiré. Elle gémit survoltée par cette pénétration.

Tout est extrêmement fort pour elle. Sa machine sexuelle se réveille. Elle n’ose pas le toucher, il est trop énervé. Il remue acharné dans le ventre de Jeannine. Elle est surprise de le sentir éclater dans son ventre, un flash l’éblouit également! Elle a joui de l’éjaculation de son fils, un ravissement! C’est un souvenir qu’elle n’a pas, une sensation extraordinaire, unique!! Il ne s’arrête pas??

010.jpg

Jean recommence ses mouvements, les yeux fous, il ne parvient pas à se calmer dans ce ventre si onctueux et profond. Les seins gonflés de sa mère bougent lourdement sur le torse. Jean les triture, les embrasse, les malaxe avec un plaisir évident. Jeannine se raidit à nouveau, transpercée par un deuxième orgasme, elle est étonnée et affolée par les sensations.
Son fils n’arrête toujours pas, elle ne fera rien pour le calmer, incapable elle-même de résister à cette passion.

Il arrive. Ses transformations sont sensibles, elle s’ouvre un peu plus en relevant ses cuisses, il bute contre son pubis et sur un dernier choc il explose! Délire! Elle flashe dans sa tête en se sentant remplie du sperme abondant qui lui noie le fond de son sexe. Elle se referme sur le corps de son fils qui s’est calé contre elle. Jambes croisées autour de sa taille, bras enlaçant ses épaules, ils ne bougent plus.

Elle rattrape la tendresse loupée depuis des années dans cette position. « Tu sais maman je regrette d’avoir lu les revues et les livres, c’est trop nul! » « Mon chéri, je suis ta maman, ce que nous avons fait n’est pas bien du tout! » « Oui, je le savais, car des copains font la même chose chez eux et leurs mamans disent toutes la même chose, mais ça ne fait rien, ils continuent! » « Ils te l’ont dit?? » . Il l’aurait giflé qu’elle n’aurait pas été plus surprise!

Quelle imbécile elle est! Elle a décidément du retard dans la vie. Les traditions familiales changent……. Comme Jean ne s’arrête plus de lui énumérer ses connaissances sexuelles, elle se trouve démunie face aux réalités de la vie. « Ecoute mon chéri, je crois que je regarderai les livres aussi car il y a des choses que je ne connais pas du tout …. Je pense que tu pourras me montrer d’ailleurs, si tu veux bien? »

« J’ai tellement pensé et vu toutes ses choses que je suis parfaitement documenté sur le sujet! ».

Les soirées d’hiver risquent de passer vite maintenant.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Connecté envoyer un commentaire.

LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
oldgay |
Le goût du sexe dans la bouche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FesseBookBlog
| EXTRAIT VIDEO DE
| sadeness