Je baise avec mon père….!

3 janvier 2009

RECITS INCESTUEUX

Je baise avec mon père

Finies mes études secondaires, je viens de sortir de l’adolescence, je suis majeure et libre je vais pouvoir enfin diriger ma propre vie. C’est un matin de Juillet ensoleillé et j

e me réveille lentement les yeux à peine ouverts derrière une masse de boucles blondes. Le champagne d’hier soir se fait encore sentir sous la forme d’un bon mal de tête.En remuant un peu dans le lit, je me souviens de ce qui s’est passé hier soir et à qui est le corps sous le mien. Je viens de réussir mes examens et, après un bon dîner, on a passé la soirée à danser. Et j’ai fait l’amour avec mon père. 

Ça a été sensuel et beau. Je suis encore couchée sur mon père et sa queue est toujours à demi enfoncée dans mon minou. Je ne suis plus vierge. C’est le cadeau que je voulais faire à mon père. Il n’était pas d’accord, il refusait, il était même horrifié au début mais il a fini par apprécier l’amour que je voulais lui donner. 

Je le sens bouger contre ma poitrine et je tourne la tête pour le regarder.
“Bonjour, petit papa, “je dis en fixant ses yeux brillants comme des émeraudes. Il me murmure quelques mots tendres à travers ses douces lèvres.
Au moment où il se souvient de ce qui s’est passé cette nuit, je vois ses yeux s’ouvrir grand et il commence à me demander pardon.
“Chut… S’il te plait, papa, ne gâche pas cette nuit. Je t’aime bien plus maintenant qu’avant.”
Avec un soupir il ferme les yeux et sa tête retombe sur l’oreiller. Il passe ses mains sur ma taille et il les fait glisser jusque sur mes fesses bien dures.. Elles me massent et caressent et je sens sa queue qui raidit dans mon ventre. Soudain ses mains restent immobiles.
“Non, Lilou, je ne peux pas te faire ça. S’il te plait, lève-toi et je vais aller prendre une douche. Il faut qu’on parle après.”
Son sexe à demi dur sort de moi, comme à contre coeur et, tout en grommelant, mon père se tourne vers l’autre côté du lit. Oui, je sens bien que sa moralité le retient – l’inceste est une chose mauvaise, nous le savons tous. 

Il part dans la salle de bain et je me rends compte que j’ai mal entre les jambes. Mon petit minou est ultra sensible et il a été tellement pompé et pistonné qu’il est endolori. Mais je suis comme une junkie maintenant,j’ai besoin de sa bite dans moi, il faut que je baise avec mon père. 

J’attends un peu, sachant que papa aime bien faire durer sa douche le matin et j’entre dans la salle de bain toute pleine de vapeur.
A travers la brume je vois sa silhouette svelte de dos devant le mur revêtu de carreaux de faïence. L’eau jaillit sur son torse musclé et ruisselle sur ses jambes sculptées. Il a l’air triste et abattu, ses épaules tombent et sa tête est penchée en avant. 

Mais je sais commet lui redonner du goût à la vie! Sans faire de bruit, j’arrive jusqu’à la douche et j’ouvre la porte de verre. J’entre dans la cabine et je me colle contre lui par derrière et, passant un main devant lui, je lui touche les tétons. 

Surpris et effrayé, il fait un bond et se retourne vers moi.
“Lilou” il rugit, “qu’est-ce que tu fais là?”
“Calme-toi, Papa, Tu ne vas faire qu’empirer les choses. Je connais un moyen pour tout oublier.”
“Non, ma chérie…” Mais la phrase s’arrête là car je couvre sa bouche de baisers. Mon bas ventre se serre contre sa cuisse et mes seins se pressent contre sa large poitrine musclée. Je lui confie mes désirs dans un murmure:
“S’il te plait, papa. C’est que je veux. J’en ai besoin.” 

Mes yeux ne quittent pas ses yeux verts qui sont comme un miroir, et je sens sa résolution flancher. Il se penche vers moi et il colle brutalement sa bouche sur la mienne, pour m’embrasser avec passion. Pendant une seconde d’arrêt pour reprendre souffle, il me dit d’une voix sourde:”Ma chérie, ma belle petit fille adorée.” 

Sa langue s’enfonce dans ma bouche, cherche la mienne, se colle contre elle et il me suce la langue. Nos mains courent sur le corps de l’autre. Je glisse une main entre nos corps serrés l’un contre l’autre et je trouve sa queue dure et droite.Ma main monte et descend sur le manche épais, je le branle tout en l’attirant vers ma chatte brûlante d’impatience. 

Papa me caresse les seins, les tire et les pelote surtout mes tétons surexcités. Quelques petits pincements, quelques petites torsions et je suis prête. Je ne peux plus attendre, je veux sa bite dans moi. Je me serre contre lui, espérant lui faire comprendre mon désir.
Et pour être sûre qu’il comprenne bien, je m’écrie :’”Baise-moi, papa, baise-moi, s’il te plaît.” 

D’un geste rapide et doux, il me soulève et me retient les fesses posées contre les carreaux de faïence. Puis il m’abaisse lentement sur sa bite qui m’attend en palpitant. Je suis si mouillée avec la cyprine et avec l’eau que son manche entre dans moi facilement sans avoir besoin de forcer. Une insertion parfaite. 

Notre passion partagée s’exprime par nos grognements et nos gémissements: “Oh oui, oui… oui!” Je m’accroche à lui par les épaules et il bouge ses hanches d’avant en arrière pour enfoncer son gros piston dans moi. Je sens notre notre désir monter prêt à exploser. Il me pistonne de plus en plus vite, à grands coups de bite enfoncée à fond à chaque pénétration. 

Je ne peux pas parler ni même dire une seul mot. Je ne peux que pousser de petits cris et des gémissements et je l’encourage à continuer avec ces cris et avec mes gestes. 

Maintenant, il baise sa petite fille à toute vitesse et j’ai du mal à résister à ses coups. Il entre, il sort, il glisse dans moi à la vitesse de l’éclair et avec la force d’un taureau. C’est comme le piston d’un machine puissante, sa grosse bite qui plonge entre les lèvres, entre dans mon chat jusqu’au fond de mon ventre et le remplit complètement. 

Il grogne plus fort cette fois et je sens qu’il est prêt à jouir; Moi aussi. Je veux tellement jouir avec lui et sentir son sperme si doux jaillir dans moi.
A grands coups de bite, nous baisons encore plus vite et encore plus fort jusqu’à l’explosion finale, la gloire de l’orgasme. Nous haletons, nous nous embrassons. Son foutre chaud gicle dans mon ventre et ma chatte se contracte et palpite pour tirer les dernières gouttes de cette bite incestueuse. 

“Oh papa, mon papa, mon amant, je t’aime.”
“Lilou, ma chérie, tu ne peux pas savoir comme moi aussi je t’aime.”
Nous nous calmons enfin. Il me soulève pour que sa queue sorte de moi, et il me repose sur le sol de la douche, faible et tremblante.
“Vas-y maintenant. Sèche-toi et vas préparer le petit déjeuner de ton vieux papa.” 

Nous nous séparons après avoir encore échangé un long baiser enflammé. 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

LE MAITRE DE VOS REVES .SM |
oldgay |
Le goût du sexe dans la bouche |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Renouveau
| FesseBookBlog
| EXTRAIT VIDEO DE